Que Dieu ait pitié de nous

Auteur


Parution: Octobre 2006
Pages: 1024
Format: 132mm x 198mm
Prix: 27.95 $
ISBN: 978-2-915-05643-3


Que Dieu ait pitié de nous

Injustement condamné au procès d’Outreau, Dominique Wiel nous livre dans cette autobiographie son regard sur la justice et sur notre société : un document essentiel.

« J’ai refait tout le chemin depuis le début, ce qui m’a permis de comprendre au fil des pages comment je m’étais retrouvé pris dans les filets d’une institution judiciaire complètement ignorante de la réalité quotidienne des gens les plus pauvres, et dramatiquement claquemurée dans ses pompes et ses certitudes »
Dominique Wiel, avril 2005

Pendant les 30 mois de sa détention, Dominique Wiel n’a cessé de clamer son innocence dans des lettres envoyées à ses proches. Acquitté, il a poursuivi ce travail d’écriture. Aujourd’hui est venu le temps de témoigner. Parce que cette dramatique affaire ne doit pas demeurer seulement un fait divers dénonçant une justice défaillante. Parce qu’elle doit permettre de nous éclairer sur le fonctionnement de notre société. Parce qu’elle doit surtout nous conduire à changer notre manière de vivre ensemble.

Depuis l’enfance jusqu’au séminaire, de l’Action catholique ouvrière à la lente ghettoïsation de la Tour du Renard, l’auteur essaie de démêler comment, lui, le prêtre au service des plus fragiles, des plus démunis, a pu se retrouver pris dans les mailles du filet judiciaire.

Un livre essentiel et engagé qui revient sur une affaire, mais aussi et surtout, un livre sur un parcours de vie.

Dominique Wiel est lauréat du prix 2007 des lecteurs de Sélection du Reader’s Digest

AUTEUR

Dominique Wiel

Dominique Wiel fait partie d’une fratrie de quatorze enfants. Après avoir quitté le lycée à la fin de la seconde, il va faire plusieurs petits métiers, puis son service militaire en Algérie au moment de la guerre. C’est à cette époque qu’il décide de devenir prêtre. Il reprend des études, puis entre au grand séminaire à Arras. Il est ordonné prêtre en juillet 1967 et nommé à Outreau comme vicaire de paroisse. Au début des années 1980, il quitte l’aumônerie d’Outreau pour loger à la Tour du Renard. Plus tard, il se fait embaucher comme formateur de stages d’insertion dans une entreprise où il travaille jusqu’à sa retraite.

Suggestions