Une histoire de la Première Guerre mondiale Tome 1 : 1914, le destin du monde

Auteur


Parution: Avril 2013
Pages: 1024
Format: 132mm x 198mm
Prix: 34.95 $
ISBN: 978-2-845-63574-6


Une histoire de la Première Guerre mondiale Tome 1 : 1914, le destin du monde

À Paris, gare de l’Est, en ce dimanche 2 août 1914, c’est la mobilisation générale. Tous ces hommes qui partent, innocents, inconscients, n’imaginent pas que des centaines de milliers d’entre eux vont mourir ou être blessés avant que 1914 se termine, et que cette guerre, qui devait être brève et locale, deviendra la Première Guerre mondiale.

Dans 1914. Le Destin du monde, Max Gallo fait revivre, mois après mois, la chronologie de cette année 1914, année décisive pour l’avenir du monde. Car il faudra attendre 1989 – chute du mur de Berlin, édifié par les Russes – et la dissolution de l’URSS en 1991, pour que la Première Guerre mondiale mette bas sa dernière portée : la guerre dans les Balkans.

Là même où avait été assassiné l’archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914 se clôt 80 ans plus tard le cycle ouvert par la Première Guerre mondiale. 1914 a été le destin du monde.

AUTEUR

Max Gallo

Max Gallo a toujours conduit de front une œuvre de romancier, d’essayiste et d’historien. Ses romans s’organisent souvent en suites romanesques : La Baie des Anges ; Les Hommes naissent tous le même jour et La Machinerie humaine – série de dix romans qui se donne pour objet de peindre des destins français dans les dernières décennies : le premier titre, intitulé La Fontaine des Innocents, est paru en 1992, ; et le dernier, Le Jardin des Oliviers, en mars 1999. Historien – agrégé d’histoire, docteur ès lettres, longtemps enseignant –, Max Gallo, avant de publier Napoléon et De Gaulle, est l’auteur de nombreuses biographies (Jaurès, Robespierre, Garibaldi, Vallès… ) et d’études d’ensemble (ainsi Les Clés de l’histoire contemporaine). Il a été éditorialiste à l’Express, a dirigé la rédaction du Matin de Paris. Un temps député de sa ville natale, Nice, puis parlementaire européen, il fut aussi secrétaire d’Etat et porte-parole du gouvernement (1983-1984). Il n’exerce plus de fonction politique depuis plusieurs années et se consacre tout entier à l’écriture. Il a été élu le 31 mai 2007 à l’Académie française au premier tour, occupant désormais le fauteuil n°24 de Jean-François Revel.

Suggestions