L’Impératrice de la soie Tome 1 : Le Toit du monde

Auteur


Parution: Janvier 2004
Pages: 1024
Format: 132mm x 198mm
Prix: 29.95 $
ISBN: 978-2-845-63166-3


L’Impératrice de la soie Tome 1 : Le Toit du monde

Un jour, sur la Route de la soie, l’Orient et l’Occident se rencontrèrent…

La Chine du VIIe siècle détient un trésor que le monde entier lui envie : la soie. En Occident, les élégantes se ruinent pour cette étoffe aussi légère qu’un nuage… La soie est une matière plus précieuse que l’or et le jade, dont l’empire chinois surveille jalousement le secret de fabrication pour préserver son monopole.

Par la Route de la Soie arrivent en Chine de nombreuses caravanes, et avec elles des hommes et des idées. C’est ainsi que plusieurs croyances tentent de s’imposer dans l’empire. Il y a les différents courants du bouddhisme, bien sûr, mais il y a aussi les adorateurs du prophète Mani, et même des chrétiens. Or pour conquérir les âmes, il faut des moyens, car celui qui fait le plus d’aumônes aux pauvres est aussi celui qui aura le plus de fidèles ! Et c’est là que commence notre histoire : la conquête des âmes va déclencher une guerre de religion d’un nouveau genre, une guerre pacifique, une guerre dont l’arme secrète sera la soie…

Tout commence au Tibet une nuit d’hiver, quand un lama confie à un jeune Chinois un panier où dorment deux nourrissons, à charge pour lui de les ramener en Chine. Presque au même moment, en Chine, devant toute la Cour, la cinquième concubine Wuzhao devient l’épouse officielle de l’Empereur. Cette jeune femme aussi belle qu’intelligente et ambitieuse a deux défauts majeurs aux yeux des dignitaires : non seulement elle est roturière, mais en plus elle est bouddhiste.

D’oasis en oasis, de monastère en monastère, l’écho de ces événements d’apparence anodine va se répercuter et s’amplifier tout le long de la Route de la Soie. Sur les chemins du Tibet, de l’Inde et de la Chine s’engage une gigantesque course-poursuite autour d’un trafic de soie clandestine, à laquelle seront mêlés les mystérieux jumeaux, un éléphant blanc sacré, une jeune chrétienne, des moines bouddhistes et des courtisanes…

Roman des religions, roman des échanges et de la fascinante découverte de l’autre, mais surtout roman d’amour et d’aventures, L’Impératrice de la Soie est aussi, d’une certaine façon, le roman de la rencontre entre l’Orient et l’Occident.

AUTEUR

José Frèches

José Frèches est né le 25 juin 1950 à Dax, dans les Landes. Jusqu’à ses 18 ans, la France ne sera pour lui que le pays de ses vacances. Il aura la chance de vivre à Sao Paulo, Rome, Lisbonne… Étudiant à l’Institut d’Études politiques d’Aix-en-Provence, il suit également un cursus en histoire de l’art, parce que les objets anciens le passionnent depuis qu’il est petit ainsi qu’en chinois, parce que la lecture de Tintin et le lotus bleu lui a donné envie d’en savoir plus sur la civilisation et la langue chinoise. En 1970, il prépare le concours de conservateur de musées de France et devient à 21 ans conservateur du musée Guimet à la section Chine. Conservateur, maître de conférences à l’École du Louvre, inspecteur des musée de provinces, puis diplômé de l’ENA en 1978, José Frèches a rempli de nombreuses fonctions dans la communication, l’audiovisuel et la culture (création de la Vidéothèque de Paris, président du Midi Libre…). Aujourd’hui entre autres activités il anime une agence parisienne de communication et dirige une galerie d’art et d’antiquités dans le Gard. Il a lancé en 2005 la première Biennale internationale d’Art contemporain chinois à Montpellier, témoin de la formidable expansion de la Chine et de sa culture. En 2010, il est responsable du pavillon français à l’exposition universelle de Shangaï. Grand romancier de la Chine ancienne, il a conquis le public avec ses séries romanesques : Le Disque de jade, L’Impératrice de la soie, L’Empire des larmes…qui ont connu un immense succès et sont traduites dans plus de 21 langues.

Suggestions